Conrad Killian

Conrad Killian, l’explorateur du Sahara

François-Théodore-Conrad Killian est un géologue et explorateur qui a passé sa vie à explorer le désert de Sahara. Il a travaillé dans l’exploration du Sahara en y prédisant la présence de gisement d’hydrocarbure. Très peu connu au niveau médiatique, son histoire est digne d’un polar!

Conrad Killian
Conrad Killan

Naissance de Conrad Killian

 

Né le 23 août 1898 à Désaigne en Ardèche, il est le fils de Wilfrid Killian, Alsacien, installé à Grenoble après la guerre de 1870. Son père est un pionner dans la géologie alpine, tout comme son ancêtre George Cuvie qui était paléontologue.

 

Il suit des études secondaire à Grenoble puis s’inscrit en Mathématique pour préparer l’École naval à Louis-le-Grand. Cependant des problèmes de santé l’obligent à renoncer à l’école. Il regagne Grenoble et commence ses premières recherches en géologie.

 

Ses premiers pas en géologie

 

Suivant les conseils de son père, il participe en 1921 à une expédition dans le Hoggar destinée à retrouver le possible trésor des guerriers Garamantes. Suite à des difficultés de collaborations avec le chef de l’expédition, il décide de continuer ses explorations seul. En revenant en France, il publie son mémoire dans lequel il soutient que le Sahara était occupé, il y a longtemps, par une mer. En effet, il avait découvert la présence de micro-organismes, dont la décomposition a dû produire , suppose-t-il, dans le sous-sol saharien des réserves de pétrole et de gaz. Cependant il se heurte à l’incrédulité générale.

Son exploration du Sahara

Conrad Killian

Jusqu’en 1939, il sillonne le Sahara à dos de chameau pour fournir plus de preuves à sa théorie de la présence de la mer dans le Sahara. Cependant, il se heurte toujours à l’opposition générale. Durant la seconde Guerre Mondiale, il est nommé attaché au laboratoire de géologie d’Alger lui permettant de continuer ses analyses. C’est en 1943 qu’il découvre que dans un des territoires de la France (l’Aïr) des minéraux sont exploités par une puissance étrangère, le Royaume-Uni.

 

Aïr
Carte du Niger et de l’Aïr

 

Les puissances de l’Angleterre et des USA sont très intéressés par ses découvertes sur des possibles emplacement d’hydrocarbure dans le Sahara. Il se fera suivre par des agents anglais et américains dont les deux pays étaient à la recherche de pétrole en Afrique. La France quant à elle, y avait renoncé suite à la conférence de San Remo en 1920.

Il sera victime d’un empoisonnement et son guide se fera assassiné.

Le polar commence

 

Suite à la seconde Guerre Mondiale, il tente d’intéresser les politiques à des gisements d’hydrocarbures dans le Sahara. Seul le général Leclerc semble s’intéresser à son dossier.

 

A peine arrive-t-il à Alger que des émissaires de deux grandes compagnies pétrolières se présentent à son hôtel pour lui proposer une montagne d’or et des moyens considérables pour l’exploitation immédiate contre la remise de ses cartes de gisements. Il refuse mais cela ne sera que partie remise. En effet, Killian ne savait pas qu’il ne s’attaquait plus à des gouvernements, mais à des puissances pétrolières et à leurs intérêts.

 

Chargé de mission par l’état-major de la Défense Nationale, l’explorateur doit répertorier les richesses enfouies dans les sables. En 1943, il découvre une exploitation de wolfram, minéral très rare, utilisé dans la fabrication d’aciers spéciaux. Scandalisé, il décide de rédiger un rapport au gouverneur général d’Algérie. La mine sera fermée. Quelques jours plus tard, son guide est torturé et assassiné de deux balles dans la tête. On a cherché à lui faire avouer les lieux où Conrad Killian s’était attardé aux cours de ses travaux de prospection.

 

La fin

Conrad Killian

Humilié, se disant traqué et persécuté par les compagnies pétrolières ou les puissances étrangères (une carte de gisement pétrolières aurait valu à son possesseur une immense fortune). Conrad Killian est retrouvé pendu à l’espagnolette d’une fenêtre de la pension de famille où il vivait à Grenoble dans des conditions mystérieuses. En effet, il a été retrouvé pendu à l’espagnolette de sa fenêtre de 1,20m du sol, en sachant qu’il mesurait 1,78m, son visage était tuméfié et les poignets tailladés. L’enquête a conclu à un suicide bien que le Secret Intelligence Service soit suspecté. Les services secrets britanniques auraient pu protéger les intérêts de Shell et de l’Anglo-Persian Oil Company.

 

Les découvertes des gisements de gaz et de pétrole sahariens à partir de 1954 confirmeront que les affirmations de Conrad  Killian étaient exactes.

 

Conrad Killian a ainsi été un explorateur qui a découvert que le Sahara était une mer et dont les recherches géologiques ont intéressé de nombreuses compagnies et pays. Hélas, la France n’a pas considéré lors de son vivant son travail et n’a jamais été reconnu pour toutes ses recherches. C’est un de nos explorateurs qu’il ne sera pas reconnu pour son travail considérable.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.